Crédits photos @Fanny Reynaud

H24 ou des histoires de multi-échecs ?

 

En 2008 quand j’ose m’inscrire à une journée découverte en programmation neurolinguiste, comme beaucoup de multipotentiels, j’ai lu beaucoup, beaucoup de livres sur le sujet. Et comme beaucoup de curieux ma tête a compris beaucoup de choses mais mon corps n’a pas vécu grand-chose.

Je ne veux pas dire que je n’ai rien fait. Non j’ai beaucoup, beaucoup fait…, mais en 2008 quand j’entre enfin dans cette salle boulevard Lafayette à Paris. Je suis lessivée, retournée d’avoir trop fait et subi sans vraiment comprendre ce qui m’était m’arrivé.

En 2008 je venais de me faire éjecter par une petite brune. …. mon associée. Une personne que je pensais connaitre, une personne à qui j’avais, en toute ouverture, confié toutes les clés de ma vulnérabilité. Une personne qui a vite compris que pour développer et donner vie à son idée j’étais la personne consentante parfaite. Travaillomane, sois forte., sois gentille…et tais-toi !

C’était son idée cette société mais dans ma tête, mon bébé, ma boite, mon rêve. J »y passais 15h par jour… sans enfant, passionnée j’ai foncé.

Depuis 2008, de l’eau a passé sous les ponts, et avec le recul je remercie cette associée de 4 ans tous les jours, car sans elle il n’y aurait pas eu de reconversion vers le coaching, je n’aurai pas grandi aussi brutalement !

Je la remercie tous les jours, car sans elle je ne serais pas en 2008 sur le bord de ma nouvelle vie.

En 2010, une petite blonde d’une cinquantaine d’année me retourne, c’est ma collaboratrice. Oui je me suis « refaite » ! Je suis la directrice d’une association nationale qui s’occupe de la formation conventionnelle des infirmières libérales. Là aussi, il y a du taf, tout à faire ou refaire et je suis encore la candidate consentante idéale.

Donc, moi qui me pensais bienveillante et ouverte, voilà que lors d’un recadrage suite à une erreur ma collaboratrice fond en larmes dans mon bureau !

Moi j’ai fait ça… sans m’en rendre compte ! Horreur ! Je suis confuse je tends la main vers son épaule pour la réconforter. Elle recule violemment. Je comprendrais plus tard que, victime de harcèlement dans son précèdent poste, elle avait reconnu dans ce geste tout simple de soutien, un geste classique de faux paternalisme prisé des pervers narcissiques qui mettent sous emprise. Horreur ! Nous avons échangé et très vite désamorcé le mal entendu. Je la remercie tous les jours car sans elle je ne serais pas en train de rentrer dans le monde de mon développement personnel.

J’ai 36 ans, c’est 10-20 ans trop tard… mais bon dans ma famille, les psy c’était pour les autres !

Alors, comme beaucoup de personnes avec ses injonctions, j’arrive en formation de développement personnel pour travailler sur moi.

Je voulais comprendre. Comprendre pourquoi j’étais passée dans la machine à laver émotionnelle de la relation professionnelle déséquilibrée. Comprendre pourquoi je générais certaines réactions. Bref, comment ça marche !

Alors, quand on souhaite comprendre comment ça marche les relations interpersonnelles, la PNL (Programmation Neuro Linguistique) est fabuleuse. J’ai compris qu’intuitivement je faisais de la négociation entre parties, de la double dissociation, que j’avais compris le lien entre émotion, pensées et action. Il est vrai que j’avais en 20 ans beaucoup lu. Lu très tôt, trop tôt peut-être ! Mais tout cela restait assez éparpillé et surtout en surface.

À 37 ans je perdais ma 1ère boite et à 38ans j’apprenais que je faisais de la prose sans le savoir. Cela faisait de moi une dysfonctionnelle qui socialement fonctionne très bien car en sur-adaptation H24.

Mon amour des histoires me vient d’une de mes tantes qui m’en racontait plus jeune. Elle avait l’art de transformer les romans qu’elle lisait, quels qu’ils soient, en histoires pour enfant. Déjà se mettait en place surement l’idée pour moi qu’une histoire à plusieurs passages, plusieurs canaux, plusieurs réalités !

Bien plus tard, en 2018 quand j’ai découvert l’approche narrative, les pièces du puzzle ce sont mises en place. Presque 10 ans après mon 1er échec entrepreneurial.

Je suis perpétuellement à la recherche de l’histoire alternative et, surtout, je suis intiment convaincue que cette histoire existe, pour moi mais pour chacun d’entre nous. Joie ! Aujourd’hui j’ai l’honneur d’accompagner des personnes pour qu’elles deviennent auteures de leur histoire alternative : leur future nouvelle histoire préférée.

Je n’ai pas toujours eu cette vision, cette ambivalence entre notre désir d’autre chose et le confort du connu même s’il s’agit d’une complainte, je l’ai vécu.

Et je vous assure : quand vous avez le sentiment d’avoir tout perdu, il y a bien une période d’apitoiement sur soi.

Cela est totalement normal, car il va falloir passer par les phases du deuil de Kubler Ross [i] (du choc -de déni – colère – tristesse – marchandage – résignation/acceptation). Ce qui est ou serait inquiétant, ou éventuellement qui nécessiterai de l’aide extérieure, c’est de stagner dans une de ces phases ou opérer une fuite en avant. Il s’agit du « saut de tarzan » : passer du choc à l’acceptation directement, sans transition !

La fuite en avant est celle qui, selon moi, nous fait perdre le plus de temps dans ce processus de deuil. Il s’agit du « même pas mal ! » qui nous donne l’illusion de tenir debout, d’avancer malgré tout. Or, si nous allons trop vite, la réalité nous percute avec force comme un effet boomerang, un mois, un an ou 6 ans après. Comme une aspérité sur notre chemin de vie qui va teinter tous nos trajets à chaque fois que vous retrouverez une situation avec des éléments, de près ou de loin d’ailleurs, similaire vous serez de nouveau percuté, déstabilisé ou enfin vous tomberez finalement dans l’immense tristesse tant redoutée.

Lors de mon 1er échec je me suis tout de suite lancée dans un nouveau projet de création. Pour me prouver à elle et à moi que je n’avais pas été ébranlée. Heureusement, une partie de moi m’a évité de foncer tête baissée et m’a donné le courage de faire un break dans un poste salarié. Si vous avez vécu cette situation, il y a quelques années le statut de chef d’entreprise était tellement idéalisé et porté aux nues qui revenir au salariat était un acte qui n’allait pas de soi, tant le regard social était pesant.

Dans « La nuit, j’écrirai des soleils » Boris Cyrulnik écrit : « Cette force s’organise autour d’un projet à réaliser et non pas d’un bien-être immédiat. » Je pense également que la résilience arrive avec la focalisation vers un objectif qui occupe l’esprit… le temps d’un début de cicatrisation peut être !

Ma nature a fait que j’ai toujours était attirée par les possibles, même si cela me terrifiait.

J’ai toujours trouvé finalement du positif dans l’adversité, comme surement toutes les personnes « qui s’en sortent » ! Et je pense que nous n’avons aucun mérite car la nature nous a permis d’avoir accès à cette capacité de résilience. Pour d’autres, le chemin sera plus ou moins long. Quoi qu’il en soit, il sera toujours riche avec le recul, et source de multiples de ressources qui nous seront bien utiles pour la suite du chemin.

1er apprentissage : éviter le saut de Tarzan en passant du choc à un nouveau projet.

Comme Charles Pépin, je reconnais « Les vertus de l’échec ». Personne, je crois, ne les nie d’ailleurs car l’apprentissage est un enchainement d’essais/erreurs et les citations sont pléthoriques pour redonner de l’espoir ou de la perspective face à l’échec. Quoiqu’il en soit, il est temporaire et passe, nous seul ou notre histoire pouvons en faire un état dans lequel on s’enferme !

Enfin, … nous seuls et les autres au-delà de ces belles citations, la réalité est qu’aux yeux des autres, l’échec nous étiquette !

Notre amour propre, selon sa solidité, va devoir passer au filtre du regard des autres. Qui, c’est selon, va finir d’entamer notre estime de soi ou la soutenir. Il est vrai que traverser cette épreuve est la seule qui vaille en tant que fierté et de réussite. Si nous traversons le jugement d’autrui, nous ressortons grandis et plus forts. Souvent, nous en sortons libérés du regard de l’autre. Quelle liberté ! Et fort d’une humilité de ceux qui ont traversé des épreuves, et qui savent qu’il n’y a rien d’acquis, jamais et pour personne…

La réussite comme l’échec n’a pas à être désignée, l’une et l’autre passent, et l’une n’existe pas sans l’autre. Elles sont les deux faces d’une même pièce que l’on appelle le chemin de vie. Et, en plus, nous n’avons pas tous la même pièce au départ … alors, où est la gloire ?

Ma 3ème tentative de créer une entreprise pérenne n’a pas abouti. D’aucuns diraient qu’il s’agit d’une preuve de mon incapacité, remettraient en question mes compétences et m’inviteraient à changer de chemin.

Bien qu’affectée, je ne l’ai pas vécu comme la 1ère fois. Avec le recul, j’apprécie le chemin parcouru. Chemin qui me permet aujourd’hui de me lancer de façon assumée et plutôt sereine dans mes multiples activités.

Il y a l’ébauche d’une nouvelle histoire préférée qui éclaire ce chemin parcouru et qui illumine celui à venir, c’est une véritable conversation narrative !

Et vous quelle histoire préférée de votre plus bel d’échec racontez-vous ?

 Pour ceux qui souhaiteraient vivre une conversation narrative sur ce sujet ou un autre pour explorer des chemins inattendus et rester auteur, je reste à votre écoute en MP.

[i] https://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_de_K%C3%BCbler-Ross

Je viens de terminer une conversation narrative avec une cliente sur un sujet assez personnel, en lien avec le poids de son histoire que l’on fait porter, ou pas, à ses enfants.

Comme à chaque fois, j’ai vécu cette conversation comme un saut à l’élastique (activité que je n’ai jamais faite au demeurant). Je m’explique : quand je commence une conversation, je n’ai pas de plan préétabli. Mon intention se pose quelques secondes avant que je pose la prochaine question. Souvent celle-ci est liée à une partie d’une carte narrative, celle qui me semble la plus appropriée (une carte : c’est comme cela que l’on nomme les ‘protocoles’ en approche narrative).  Ou alors, il peut s’agir d’une invitation à explorer une dimension de son histoire avec un outil issu de la Programmation Neurolinguistique ou des constellations. Privilège de multi…outils, je me connecte à mon client et je laisse venir l’outil ou l’approche qui se présente ; souvent la plus adaptée à la problématique du client afin de « passer la porte ». C’est-à-dire la clé qui va permettre de décaler le cadre de pensées traditionnelles du client. Passer outre son mode de fonctionnement personnel est difficile, sans l’accompagnement d’un tiers.

Un jour une cliente m’a dit : « Je ne pense pas que seul on puisse arriver à quelque chose d’abouti. Seul on peut avoir les pièces, mais on a besoin de quelqu’un qui aide à faire le lien, qui aide à réunir les pièces du puzzle. J’ai l’impression que tu as eu ce rôle de m’aider à réunir les pièces de mon puzzle ».

Les livres de développement personnel peuvent aider, mais il faut savoir « les lire ». C’est à dire savoir, ou pouvoir, mettre en pratique ce qu’ils préconisent.

C’est bien de lire, c’est bien de comprendre. Mais ensuite, comment je mets en pratique ?

Les livres de développement personnel permettent d’ouvrir son esprit sur autre chose et aussi d’avoir un esprit critique, mais pour la mise en pratique c’est plus compliqué seule… »

C’est vraiment cela le plus d’un coach narratif ! C’est notre capacité à entrer en conversation plus qu’en questionnement. Bien sûr, il y a des questions. Mais elles ne sont que le prétexte à la suite de la narration.

L’autre histoire, celle que notre partenaire de conversation chuchote ou dit à « mi-mots ». Cette curiosité me permet la posture décentrée que réclame ce métier.

En séance de coaching, ce qui me permet d’être réellement décentré c’est ce laps de temps qui me permet de choisir la prochaine marche et ne pas appliquer juste un protocole ou un processus. Décentré cela veut dire mettre le client au centre, et non pas nous-même, ou nos désirs pour le client. C’est toujours le client qui sait !

Personnellement, je ne sais pas suivre à la lettre les consignes et je m’ennuierai férocement. Je déroule des tapis devant les portes que le client m’a permis d’ouvrir, et lui décide de prendre ce chemin ou pas. S’il ne le prend pas, nous changeons de route.

J’ai la croyance qu’il y foison de façons d’arriver à destination.

Cette fois-ci avec ma cliente, nous avons exploré les trous noirs, et vécu en direct un effet papillon !

Ma cliente m’a dit que j’étais une assembleuse de pièces de puzzle, j’aime bien l’idée.

À la fin c’est elle qui trame le récit. Je ne fais que « choper » les interstices dans lesquelles jaillissent les histoires alternatives qu’enfin mon client tisse et épaissit avec moi. Et à la fin des trucs dans le corps, un sourire aux lèvres.

Le plus beau des retours pour moi !


Retour sur site I.D.O Narratifs

Vous aimez cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest

Laisser un commentaire

ADDRESSE

2, rue rouget de l'isle
63000 Clermont-Ferrand

Copyright © 2021 Carine Yaméogo | Conditions d’utilisationsCGVMentions légalePolitique de confidentialité

Retour haut de page